Témoignage d’Arnaud P. (Télécom Saint-Étienne)

Vous y recevez une formation de qualité, vous vous y découvrez des ressources que vous ne pensiez pas avoir et apprenez à gérer le stress, les grosses quantités de travail et les emplois du temps chargés.

Arnaud
«En terminale j’avais un bon niveau, j’étais en filière S, option Sciences de l’Ingénieur, et j’ai eu mon Bac avec la mention Bien. J’ai ensuite fait une PTSI puis une PT à l’issue de laquelle je n’ai pas eu des résultats que je jugeais satisfaisant, j’ai donc redoublé en PT*.

Je vais commencer par la mise en garde habituelle : oui, la prépa c’est dur. C’est beaucoup de connaissances à assimiler en seulement 2 ou 3 ans, c’est 4h de DS le samedi matin, c’est 40h de cours/DS/khôlles par semaine auxquelles il faut rajouter les devoirs et révision et je sais pour en avoir fait l’expérience que tout ces chiffres que je donne, les futurs préparationnaires ne se rendent pas compte de ce que ça représente.

La prépa c’est tout ça, MAIS la prépa c’est aussi, contrairement aux clichés, une ambiance de franche camaraderie et d’entraide. On n’est pas tout le temps en train de se tirer dans les pattes pour grappiller 0.03 points lors des concours dans 2 ans, ce genre de raisonnement serait ridicule. La camaraderie est obligatoire pour supporter le rythme, c’est notre soupape, notre moyen de relâcher la pression.

Un autre cliché totalement faux est celui des profs sadiques. Certes les professeurs sont exigeants, parfois même durs, mais ils accompagnent vraiment les élèves. L’encadrement est bien plus poussé qu’au lycée, si vous avez des problèmes, quels qu’ils soient, le corps professoral est à l’écoute. Non seulement les professeurs écoutent, mais ils agissent aussi. Ils n’hésiteront pas à mettre en place des heures de soutien si besoin est, et répondent à vos mails très rapidement.

Les élèves doivent être conscient de la différence du niveau moyen entre une classe normale et une classe étoilée. Je tiens toutefois à préciser qu’il est tout à fait possible de réussir en classe non-étoilée mais encore faut-il s’en donner les moyens. Une classe normale ressemble plus à une classe de lycée tandis qu’une classe étoilée se rapproche plus de l’image qu’ont les gens des CPGE. Si je mentionne ceci c’est car cette différence m’avait énormément surpris à l’époque.

Pour finir sur une note positive, si vous hésitez entre une prépa et une autre filière, je vous conseille la prépa. La raison est simple: vous y recevez une formation de qualité, vous vous y découvrez des ressources que vous ne pensiez pas avoir et apprenez à gérer le stress, les grosses quantités de travail et les emplois du temps chargés.

Une fois en école d’ingénieurs, vous verrez vite la différence avec les élèves venant d’autres filières, ceux ci doivent fournir beaucoup plus de travail que vous, et ne savent pas forcément comment gérer cette charge de travail.

Je souhaite bonne chance et bon courage à tous ceux qui voudront tenter l’aventure!»

Arnaud, PT* 2012/2013, Télécom Saint‐Étienne

Vous aimerez aussi...