Présentation de la PTSI & PT

L'entrée historique du lycée Baggio. Vue du jardin des plantes.

Une filière ouvertes à tous

Ouverte aux terminales S comme les autres filières (MPSI et PCSI), la filière PTSI/PT, est souvent méconnue ! Elle n’est pas une filière « technique », malgré son nom un peu trompeur. Il n’est pas nécessaire d’avoir suivi l’option SI en terminale pour l’intégrer ! Comme dans toutes les classes préparatoires scientifiques, l’emploi du temps de PTSI/PT privilégie surtout les disciplines scientifiques : les mathématiques, les sciences physiques, la chimie, et les sciences industrielles pour l’ingénieur (SI) y jouent un rôle central. A cela s’ajoutent la littérature et les langues, qui ont une importance non négligeable comme dans les autres filières scientifiques.

Les « colles » ou « khôlles »

Le principe est simple : vous allez vous retrouver devant le tableau, une craie à la main, à résoudre un exercice qui portera sur un programme défini (le cours de la semaine précédente). Vous devrez ensuite expliquer à l’oral votre raisonnement étape par étape.

L’exercice est tout nouveau pour les élèves qui sortent de terminale. La colle est un outil majeur de l’apprentissage en prépa : « C’est un moyen de repérer les points qui n’ont pas été compris. C’est un travail de fourmi, on fait très régulièrement le point avec chaque élève individuellement et on peut rectifier le tir, réexpliquer encore et encore. ».
DSC_0879Les colles dans un premier temps redoutées, sont ensuite très appréciées des étudiants car elles les aident beaucoup à comprendre l’intégralité du cours.

Dans les matières littéraires, l’exercice le plus typique consiste à faire un commentaire de texte à l’oral, voire de faire un exposé argumenté en réponse à une question ou une problématique sur un thème au programme.

Le déroulement des concours

Les concours d’entrée aux Grandes Ecoles d’ingénieurs se déroulent en deux étapes : une session d’épreuves écrites, dites « épreuves d’admissibilité » et, en cas de réussite aux épreuves écrites, une session d’épreuves orales, dites « épreuves d’admission »..

Une particularité supplémentaire de la filière PTSI/PT concerne le déroulement des épreuves écrites. Dans les filières MP, PC et PSI, du fait du regroupement particulier d’écoles en plusieurs « banques de concours » (concours Centrale-Supélec, concours Mines-Ponts,…), les épreuves écrites s’étalent sur une période d’environ un mois.

En PT, ces mêmes écoles (à de rares exceptions près) sont regroupées en une unique « banque de concours » : les écoles utilisent certaines de ces épreuves pour constituer leurs propres critères de sélection. Par conséquent, les élèves ne sont convoqués qu’à une semaine et demie d’épreuves écrites.

Remarque : Résultats des étudiants disponibles sur le site du lycée Baggio :   www.lyceebaggio.fr

La grande diversité des écoles proposées

Sur les 1892 places offertes au concours 2013 aux 2500 étudiants de la filière PT, on trouve 550 places offertes aux Arts et Métiers ParisTech, 103 places dans les écoles Centrale-Supélec, 25 places dans les écoles Mines Ponts, 11 places dans l’Ecole Polytechnique, 46 places dans les Ecoles Normales Supérieures, 178 places dans les écoles du Concours Commun Polytechnique, mais aussi de nombreuses places dans des écoles de la région (EIPC, ENSAIT, HEI, ISEN…)   (source : http://www.scei-concours.fr)

Plus de chances de réussir

Si, comme évoqué précédemment, les mêmes écoles sont « préparées » par les élèves de toutes les filières, le nombre de places dans ces écoles, ramené au nombre de candidats inscrits aux concours, varie d’une voie à l’autre.

Prépa intégrée ou prépa classique ?

Les écoles d’ingénieurs les plus sélectives et les plus réputées recrutent toutes par l’intermédiaire de concours à l’issue de la prépa classique. Pour ceux dont l’ambition est d’intégrer les Arts et Métiers, Centrale, Polytechnique, la CPGE est donc un passage obligé.

De plus, les classes préparatoires classiques, implantées dans des lycées, sont gratuites. Les enseignants scientifiques de ces classes, professeurs agrégés, n’ont qu’une seule classe à mener, ce qui les rend très disponibles et impliqués. Entrer dans une classe préparatoire classique permet de ne pas faire un choix d’orientation trop rapide lorsqu’on est encore indécis. Les deux années précédant les concours sont ainsi l’occasion d’affiner ses choix.

La classe préparatoire, dont les enseignements sont généralistes, laisse en effet beaucoup de portes ouvertes et toutes les prépas ont des accords d’équivalence avec les universités. En cas d’échec, ce qui est très rare en filière PT ou d’abandon, l’étudiant est sûr de ne pas avoir à perdre une voire deux années. Certains réintègrent même une école à prépa intégrée à l’issue de leur prépa classique.